Newsletter

La saison de la vodka

C’est la période de Noël et du Nouvel An, mais je dois avouer que la date la plus importante pour moi reste le Solstice d’Hiver. Il se situe autour du 21 Décembre, date de l’entrée dans l’hiver sur nos calendriers, et correspond au jour le plus court et donc à la nuit la plus longue de l’année. A partir de là, les jours commencent à rallonger. Voilà plusieurs millénaires que les humains célèbrent cette date sous bien des formes différentes et il n’est guère surprenant que dans bien des religions et des cultures à travers l’histoire et le monde, la fête la plus importante se situe autour de cette date-là. 
 
De la même façon qu’il est toujours un peu paradoxal de voir les jours raccourcir alors que l’été commence le 21 Juin, il est étrange de voir les jours rallonger alors que nous entrons au cœur de l’hiver.
 
L’hiver est installé ici dans le sud de la Norvège et nous avons eu quelques semaines de froid constant en cette fin d’année, autour des -10°C. Dans ces conditions, le moindre brin d’air en l’absence de soleil fait geler l’aquarelle sur le papier presque instantanément. Il est donc temps de peindre à la vodka ! Et oui, ça abaisse le point de gel et permet de continuer à peindre confortablement. Le comportement des différents pigments changent, certains sont moins miscibles que d’autres. La technique humide devient plus compliquée mais cela oblige à des choix plus direct, à aller davantage droit au but. Ici, une aquarelle de terrain, d’un jeune Goéland cendré, posé sur la glace peint entièrement avec de la vodka, pas une goutte d’eau !
Goélands dans la tempête - Norvège - 2021

Aveugle au familier

Parfois le familier se fait exceptionnel et nous contemplons, fascinés, ce que nous pensions connaître. Nous cessons alors de voir et commençons à regarder, à imaginer, à comprendre. Ce matin du 6 Avril a tout d’exceptionnel. Je me tiens sur le pas de la porte, hébété par la fatigue d’une tempête qui ne m’a pas

Continuer à lire »

Petite image de grande valeur

Dix centimètres par quinze qui rassemblent toute l’intensité d’une semaine éblouissante. Nous sommes le 12 Juillet 2017. Je suis en train de découvrir le Svalbard en tant que guide polaire débutant. Quelques jours auparavant, moi et mes collègues étions un soir pressés à la proue du bateau à scruter la ligne d’horizon qui au bout

Continuer à lire »

Tout en patience et en prudence

J’ouvre les yeux de toutes mes forces. Après une heure d’une sieste trop longue, je me réveille groggy, pâteux, la vision floue et la tête lourde. Allongé dans l’herbe la tête sur le sac-à-dos, mes yeux sont remplis du ciel bleu et mes oreilles pleines du silence de cette chaleur. Même la mer s’est tu.

Continuer à lire »